Retour accueil Une communauté de carmélites Une chapelle signée Szekely Un travail artisanal Evénements Agenda Espace contemplatif Jeunes et vocations Liens

A Dieu, soeur Marie-Geneviève de Jésus

Les grandes lignes de la longue vie de notre soeur

                         « Lève-toi, ma bien-aimée,

                         ma belle, viens!

                         Ma colombe,

                         cachée au creux des rochers,

                         en des retraites escarpées,

                         montre-moi ton visage,

                         fais-moi entendre ta voix;

                         car ta voix est douce

                         et charmant ton visage. »

                       

                                                                              Cantique des Cantiques 2,10

Soeur Marie-Geneviève le jour de ses 100 ans

 

 

 

Ce lundi 8 mars 2010

 

le Seigneur est venu chercher

 

notre soeur Marie-Geneviève de Jésus

 

née Geneviève DUSART

à Anzin, le 3 mars 1906

 

 

 

Quelques jours après son 104ième anniversaire, notre sœur Marie-Geneviève s’est endormie dans les bras de son Seigneur. Elle attendait sa venue plus qu’  « un veilleur n’attend l’aurore » (Psaume 129). Il y a peu de temps encore, il n’était pas rare de l’entendre prier, appelant Jésus dans son demi-sommeil, manifestation touchante de ce qu’elle vivait dans son cœur profond. « Viens avec moi, Seigneur, dans ma pauvreté. Merci mon Dieu, merci ! Garde-moi, mon Dieu et accueille-moi dans ton Paradis. »

 

Aînée d’une sœur de quelques années sa cadette, elle a eu la joie d’être régulièrement visitée par ses 11 neveux et nièces. Elle se tenait au courant de ce qui se passait dans les familles. Elle leur rendait bien l’affection qu’ils lui donnaient et les portait avec ferveur dans sa prière.

 

Entrée le 2 octobre 1925 au Carmel, alors à Valenciennes, elle gardait très vivant le souvenir et la vénération envers Mère Marie de Jésus di Rudini qui l’avait accueillie et entre les mains de laquelle elle fit profession le 16 juillet 1930. Mère Marie de Jésus, de Paray-le-Monial, terminait les  fondations des carmels de Montmartre et du Reposoir.

Celui de Valenciennes, tout juste fondé en 1924 était exigu. Une cour servait de jardin et les murs étaient si hauts que Mère Marie de Jésus avait fait construire une terrasse pour que les sœurs aient un peu d’air. L’installation était provisoire, elle dura 25 ans.

 

1949 : l’heure du déménagement dans la périphérie de Valenciennes à Saint-Saulve a sonné. Sr Marie-Geneviève, en tant qu’économe suit de près les travaux.

Les circonstances communautaires font qu’en 1958, notre sœur part aider la communauté du Carmel d’Abbeville. Elle est chargée, entre autre, de l’économat et s’y consacre jusqu’à la fermeture du Carmel en 1998. Elle demande alors à revenir à Saint-Saulve et retrouve avec joie les sœurs qu’elle avait connues 40 ans auparavant.

Quelques années plus tôt, elle avait reçu une greffe de cornée qui lui permettait de voir - de tout voir -  avec un seul œil, l’autre étant mort. Elle réclamait la Documentation Catholique dès son arrivée et la lisait sans lunettes. Elle comparaît des traductions de la Bible et se plongeait dans les œuvres de Sainte Thérèse d’Avila et Jean de la Croix, maintenant qu’elle avait le temps ! A Sœur Thérèse Marie qui venait la voir, elle lui disait qu’elle suivait les fluctuations de la bourse sur le journal, et qu’elle pouvait la conseiller…Elle avait plus de 90 ans !

 

Courant 2005, nous avons entrepris de rénover l’infirmerie. Les Petites Sœurs des Pauvres, nos voisines,  ont accepté d’héberger Soeur Marie-Geneviève pour la durée des travaux. Soeur Marie-Geneviève était dans une chambre qui donnait sur le jardin du Carmel. Nous nous relayions pour aller la voir deux fois par semaine. Fin 2005, quelques semaines avant son retour chez nous, elle a fait un petit accroc cérébral qui laissa sa mémoire dans une grande confusion et elle devint dépendante. Les Petites Soeurs des Pauvres l’ont donc gardée et entourée de tous leurs soins. Avec le personnel soignant, elles s’en sont occupées de manière admirable. Soeur Marie-Geneviève était très aimée par tous. Sa surdité s’est accentuée très fortement et même si elle ne nous reconnaissait plus ces derniers mois, elle nous accueillait toujours avec son bon sourire, et ses mots très spirituels.

 

 

Notre sœur a eu une longue vie, bien remplie. Elle a traversé les deux Guerres mondiales. Sa confirmation à la Cathédrale d’Albi durant la Première, et le long séjour au Carmel du Reposoir pendant l’Exode l’ont fortement marquée.  

 

Nous gardons d’elle le souvenir d’une femme cultivée, ouverte, fine avec un humour fort à propos. Elle nous accueillait avec joie, et nous édifiait avec ses réparties très spirituelles, son attachement à Dieu et à la Vierge Marie. La mémoire de sa foi était intacte, alors que tout le reste se mélangeait…Quel mystère !

 

Ces derniers jours, très fatiguée, elle dormait beaucoup. C’est entourée de trois Carmélites, de la communauté des Petites Sœurs des Pauvres et d’une aide-soignante,  qu’elle a rejoint Celui qu’elle a tant aimé.

 

Les Carmélites, les Petites Sœurs des Pauvres et la famille de Sr Marie-Geneviève vous invitent à prendre part à leur prière et leur espérance.

 

 

           

 

 

 

Monastère du Carmel de Saint-Saulve - 1 r Henri Barbusse 59880 SAINT-SAULVE - copyright © Carmel de Saint-Saulve | contact| mentions légales | conception keeo